Circonscription de Guyancourt
Guyancourt - Magny-les-Hameaux - Voisins-le-Bretonneux
Site de l'académie de Versailles

Accueil > Pédagogie > langues

langues

Dernier ajout : 23 janvier 2010.

primlangues.education.fr

PrimLangues est un site d’accompagnement pédagogique à destination de tous ceux qui enseignent une langue vivante à l’école primaire. Piloté par le ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, PrimLangues est, à la fois, un centre de ressources info-documentaire pour l’enseignant de langue et un lieu de dialogue, de questionnement et d’échange entre les différents acteurs de cet enseignement.

LANGUES ÉTRANGÈRES À L’ÉCOLE PRIMAIRE


Un calendrier spécifique est adopté pour les langues vivantes dans la mise en œuvre des nouveaux programmes de l’école primaire, prévoyant l’application d’un programme transitoire au cycle des approfondissements.
En effet, jusqu’à la rentrée 2005, l’enseignement des langues vivantes n’est obligatoire à l’école primaire que lors du cycle des approfondissements (CE2, CM1 et CM2). Durant cette période, pendant laquelle les élèves n’auront pas bénéficié d’un enseignement au cycle précédent, un programme transitoire, arrêté du 28 juin 2002, s’applique : il est publié dans le présent B.O., pages 6 et 7. À partir de la rentrée 2005 pour le cycle des apprentissages fondamentaux et de la rentrée 2008 pour le cycle des approfondissements, le programme arrêté le 25 janvier 2002 s’appliquera (B.O. hors-série n° 1 du 14 février 2002, pages 57 et 58 pour le cycle 2, pages 76 à 78 pour le cycle 3). Le tableau ci-dessous récapitule ces informations.

Application du programme transitoire Date d’entrée en vigueur du programme définitif
Cycle des apprentissages fondamentaux Grande section Rentrée 2005
Cours préparatoire Rentrée 2006
Cours élémentaire 1 Rentrée 2007
Cycle des approfondissements Cours élémentaire 2 Rentrées 2002 à 2007 (incluses) Rentrée 2008
Cours moyen 1 Rentrées 2003 à 2008 (incluses) Rentrée 2009
Cours moyen 2 Rentrées 2004 à 2009 (incluses) Rentrée 2010

De plus, des précisions sont apportées dans plusieurs langues en termes de fonctions langagières, de phonologie, syntaxe et morphosyntaxe, de lexique et de contenus culturels. Ces précisions, qui permettent de construire les connaissances et les compétences fixées par les programmes, existent pour le programme arrêté le 25 janvier 2002 (B.O. hors-série n° 1 du 14 février 2002, pages 57 et 58 pour le cycle 2, pages 76 à 78 pour le cycle 3) et pour le programme transitoire arrêté le 28 juin 2002 (publié dans le présent B.O., pages 6 et 7).

Pour toutes les langues, il convient également de se reporter à l’introduction commune.

PROGRAMME TRANSITOIRE D’ENSEIGNEMENT DES LANGUES ÉTRANGÈRES OU RÉGIONALES AU CYCLE DES APPROFONDISSEMENTS DE L’ÉCOLE PRIMAIRE

OBJECTIFS

Cet enseignement vise l’acquisition de compétences assurées permettant l’usage efficace d’une langue autre que la langue française dans un nombre limité de situations de communication adaptées à un jeune enfant. Il contribue à construire des connaissances linguistiques précises (formules usuelles de communication, lexique, syntaxe et morphosyntaxe) ainsi que des connaissances sur les modes de vie et la culture du ou des pays où cette langue est parlée.

Il vise aussi à faire découvrir, d’une manière plus générale, l’enrichissement qui peut naître de la confrontation à d’autres langues, d’autres cultures et d’autres peuples, y compris lorsqu’ils sont liés à l’histoire personnelle ou familiale de certains élèves de la classe.
Cet apprentissage est une étape d’un parcours linguistique qui, au terme de la scolarité obligatoire, aura permis à chaque élève d’acquérir au moins deux langues vivantes en plus de sa langue maternelle.
Le volume horaire consacré à l’apprentissage d’une langue étrangère ou régionale se décompose en deux parties :
- deux séances hebdomadaires de 45 minutes pendant lesquelles l’enseignement est conduit avec méthode ;
- des activités de réactivation des acquis et d’exposition à la langue, soit réparties en courtes plages de travail sur l’ensemble de la semaine, soit lors de moments plus intensifs dans l’année (activités conduites par des locuteurs natifs de la langue, classe linguistique, projet pédagogique dans la langue, etc.). Pour ces activités, le volume horaire globalisé relève de l’autonomie pédagogique du conseil des maîtres, pouvant aller jusqu’à l’équivalent d’une demi-heure hebdomadaire.
Le programme transitoire pour le cycle 3 prend en compte la durée globalement plus réduite de l’apprentissage de la langue vivante à l’école primaire mais aussi le degré de développement cognitif et la maturité des élèves concernés. Il présente quelques allégements dans les contenus linguistiques et culturels à enseigner et définit des attentes et des exigences plus modestes dans le domaine des acquisitions et des performances.

PROGRAMME

1 - Un apprentissage centré sur des activités de communication

Chaque séquence de langue repose sur des situations et des activités ayant du sens pour les élèves, suscitant leur participation active, favorisant les interactions et l’entraide dans le groupe et développant l’écoute mutuelle.

Chaque fois que cela est possible, on utilise la langue à l’occasion d’activités ritualisées (salutations, contrôles des élèves présents, etc.), dans des activités simples relevant éventuellement d’autres enseignements (mathématiques, sciences, littérature, éducation physique et sportive, etc.) ou encore dans des activités ludiques dans le ou hors du temps scolaire (jeux de société, etc.).
Les activités orales de compréhension et d’expression sont prioritaires et s’exercent sans bloquer la volonté et le plaisir de comprendre et de s’exprimer.
La programmation des activités se fait sur la base des compétences de communication à acquérir en fin de cycle en tenant compte de la liste des connaissances linguistiques données dans les documents d’application pour chaque langue (formules usuelles de communication, lexique, phonologie, syntaxe et morphosyntaxe).
L’élève est progressivement conduit à pouvoir :
- se présenter et parler de lui-même : dire son nom, son âge, sa date de naissance et son adresse, parler de sa famille et de ses amis, dire ce qu’il possède, dire ce qu’il ressent (joie, faim, soif, fatigue, douleur) ;
- parler de son environnement : désigner une personne ou un objet, préciser la date et l’heure, parler du temps qu’il fait, parler de la nourriture, décrire quelqu’un ou quelque chose (taille, couleurs, intensité), dire où se trouve quelqu’un ou quelque chose ; exprimer une chronologie simple ;
- entretenir quelques relations sociales simples : saluer, prendre congé, remercier, s’excuser, souhaiter un anniversaire, féliciter, inviter ;
- participer oralement à la vie de la classe : dire qu’il sait ou ne sait pas ; demander de répéter ; dire qu’il n’a pas compris ; exprimer son accord ou son désaccord ; appeler l’attention de ses camarades ou du maître ; proposer, accepter et refuser ; dire qu’il aime ou n’aime pas quelque chose ; exprimer un avis personnel.
Une égale attention est accordée à la compréhension ou à la formulation de questions simples ainsi qu’à la production de réponses et à la prise de parole par l’élève.

2 - Un entraînement régulier et méthodique

Le développement des compétences de compréhension et d’expression fait l’objet d’un entraînement rigoureux et progressif organisé en vue des acquisitions ci-dessous.
2.1 Écouter et comprendre
Compétences auditives
. reconnaître les schémas intonatifs principaux, l’accent de phrase ou de mots,
. reconnaître les phonèmes de la langue et discriminer les phonèmes voisins,
. exercer sa mémoire auditive à court et à long terme.
Construction du sens de ce qu’on entend
. repérer des informations essentielles dans une situation familière et prévisible,
. prendre appui sur les mots accentués pour comprendre l’essentiel,
. déduire un sentiment à partir d’une intonation,
. reconnaître la valeur fonctionnelle d’énoncés habituels dans des dialogues,
. identifier quelques repères chronologiques essentiels dans un récit ou un dialogue,
. identifier les liens logiques principaux.
2.2 S’exprimer à l’oral
Reproduction :
. reproduire des énoncés en respectant les schémas accentuels et intonatifs et en réalisant correctement les phonèmes.
Utilisation d’énoncés figés :
. mobiliser des énoncés adéquats à la situation et à l’interlocuteur dans une succession d’échanges ritualisés,
. coopérer avec son interlocuteur en utilisant les formules de politesse simples et courantes.
Constructions d’énoncés :
. personnaliser des énoncés connus en modifiant quelques éléments, dans le respect de la morphosyntaxe,
. exprimer des sentiments à l’aide de marqueurs spécifiques et/ou de l’intonation,
. utiliser des énoncés déclaratifs, interrogatifs et injonctifs,
. complexifier un énoncé grâce à l’emploi de connecteurs simples.
2.3 Lire et comprendre
. reconnaître des mots isolés dans un énoncé,
. percevoir la relation entre certains graphèmes et phonèmes spécifiques à la langue,
. exercer sa mémoire visuelle.
2.4 S’exprimer à l’écrit
Reproduction :
. reproduire des énoncés en les recopiant.
Construction d’énoncés :
. personnaliser un énoncé en introduisant de légers changements dans un texte bref.

3 - Renforcement de la maîtrise du langage
À partir d’énoncés oraux ou écrits, un début de réflexion sur le fonctionnement de la langue permet de faire prendre conscience aux élèves qu’une langue n’est pas le calque d’une autre et les rend capables d’un début d’autonomie dans la production.

L’observation comparée de quelques phénomènes simples dans des langues différentes (dont la langue française) crée chez les élèves une distance qui leur permet d’être plus sensibles aux réalités linguistiques et renforce la maîtrise du langage.

4 - Découverte de faits culturels
Les connaissances sur les modes de vie sont abordées à l’occasion des activités de langue organisées autour de thématiques liées à l’environnement d’élèves de cet âge : la vie en famille, l’habitation, l’école, les amis et les loisirs, les animaux familiers, les rythmes de l’année (anniversaire, fêtes).

Ainsi, l’élève découvre la vie scolaire d’enfants du même âge, notamment grâce à l’observation de matériaux (audio)visuels.
Des éléments pertinents de la culture populaire, les personnages des légendes ou des contes, ainsi que quelques repères civilisationnels sont choisis et présentés en relation étroite avec les programmes d’histoire, de géographie et d’éducation artistique.

5 - Dimension internationale de l’apprentissage d’une langue étrangère

La dimension internationale de l’enseignement des langues vivantes étrangères est affirmée par les contacts pris avec des écoles à l’étranger, par les ressources de la messagerie électronique et des réseaux de communication à distance ou encore par l’exploitation de documents audiovisuels. Des locuteurs natifs peuvent prêter leur concours à cet enseignement.

COMPÉTENCES DEVANT ÊTRE ACQUISES EN FIN DE CYCLE

À la fin du cycle 3, les élèves devront avoir acquis un niveau voisin du niveau A1 de l’échelle de niveaux du Cadre européen commun de référence pour les langues publié par le Conseil de l’Europe.
En mobilisant les connaissances acquises, l’élève est en mesure de :
- comprendre à l’oral :
. en situation d’échange avec un interlocuteur coopératif, les énoncés portant sur des situations qui lui sont familières,
. les éléments essentiels d’un court récit à structure itérative ;
- reconnaître à l’écrit des éléments ou des énoncés déjà rencontrés à l’oral ;
- produire à l’oral des énoncés intelligibles et pertinents dans le cadre de situations qui lui sont familières ;
- produire à l’écrit de très courts énoncés comportant quelques variantes par rapport aux modèles connus, par exemple, carte de vœux, carte postale, remerciement, invitation...
Les contenus linguistiques (fonctions langagières, lexique, phonologie, syntaxe et morphosyntaxe) et culturels sont précisés langue par langue en annexe 2. Ils s’articulent de manière étroite avec l’ensemble des contenus disciplinaires de l’école. Cette évidente nécessité implique une concertation et une coordination constantes, dans deux cas :
- lorsque le groupe qui étudie la langue vivante n’est pas identique au groupe classe ;
- lorsque l’enseignement de langue vivante est assuré par une personne autre que le maître de la classe.

Le BO HS n°4a (format pdf) précise, langue par langue, les énoncés, les faits de langue, le lexique et les contenus culturels qui permettent de construire les connaissances et compétences du programme transitoire du cycle des approfondissements (cycle 3) fixé en annexe 1.
Les différentes parties du programme s’appuient plus particulièrement sur les précisions apportées dans ces tableaux, comme indiqué ci-dessous :
- la partie 1 du programme ("Un apprentissage centré sur des activités de communication") sur le tableau Fonctions langagières  ;
- la partie 2 ("Un entraînement régulier et méthodique") sur les tableaux Fonctions langagières, Lexique et Phonologie, syntaxe et morphosyntaxe  ;
- la partie 3 ("Renforcement de la maîtrise du langage") sur le tableau Phonologie, syntaxe et morphosyntaxe ;
- la partie 4 ("Découverte de faits culturels") sur le tableau Contenus culturels.
Pour en simplifier la lecture, ces tableaux présentent les matériaux linguistiques et culturels selon leur nature. Ces regroupements ne correspondent cependant en aucune façon à un ordre et une logique d’enseignement par le maître et d’acquisition par les élèves. L’introduction des contenus et leur réactivation doivent s’établir selon une progression sur le cycle, construite par les équipes pédagogiques et articulant nécessairement, pour la langue concernée, des éléments de chacun des quatre tableaux ci-après et de leurs différentes rubriques. Ainsi, par exemple, l’introduction de faits de langue portant sur la prononciation ou des structures doit bien s’effectuer à l’occasion de l’utilisation d’énoncés correspondant à des fonctions langagières. De même, les différents énoncés dans la langue doivent être acquis lors d’activités de communication qui mobilisent simultanément des fonctions langagières regroupées sous les rubriques "parler de soi", "parler aux autres"et "parler des autres et de son environnement".

1 - Fonctions langagières

Les listes contenues dans ces tableaux permettent d’imaginer des situations dans lesquelles peut se développer l’apprentissage. On ne perdra pas de vue que ces fragments de langue ne prennent leurs sens que dans de véritables énoncés, qu’il s’agisse de dialogues, de monologues ou de récits.


2 - Phonologie, syntaxe et morphosyntaxe

Les points contenus dans ces listes doivent être acquis par les élèves à la fin du cycle 3 et sont abordés selon leur urgence pour les activités de communication. S’ils donnent lieu à d’éventuelles explications, celle-ci resteront strictement limitées aux besoins induits par les tâches de compréhension et d’expression exigées des élèves.

Ces contenus sont donc exclusivement introduits à l’occasion de l’utilisation d’énoncés prévus par le tableau Fonctions langagières. La mise en relation de ces deux tableaux, parfois suggérée, est indispensable.

3 - Lexique

Le lexique privilégie le monde de l’enfance, vécu ou imaginaire. L’acquisition de ce lexique s’effectue dans le cadre d’énoncés liés à des situations adaptées à l’âge et à l’intérêt des enfants, en réponse à des besoins de compréhension et de communication. Il définit les limites de l’étendue des connaissances exigibles des élèves à la fin de chaque cycle. Sa présentation thématique ne doit pas être comprise comme contraignante.


4 - Contenus culturels

Les éléments culturels énumérés dans ces tableaux constituent un ensemble permettant une sensibilisation à la civilisation du ou des pays où la langue apprise est en usage. Ils sont présentés dans le cadre d’activités qui prennent appui sur des documents authentiques ou des situations vécues par les élèves, notamment lors de contacts pris avec des écoles dans ces pays ou avec des locuteurs natifs de cette langue.

Les thèmes sont choisis selon l’âge des enfants, leurs centres d’intérêt, le moment de l’année et le contenu abordé dans les autres champs disciplinaires.

PROGRAMME D’ENSEIGNEMENT DES LANGUES ÉTRANGÈRES OU RÉGIONALES À L’ÉCOLE PRIMAIRE

Les arrêtés du 25 janvier 2002 fixant les horaires des écoles maternelles et élémentaires et les nouveaux programmes de l’école primaire introduisent l’enseignement d’une langue vivante étrangère ou régionale. Le BO HS n°4b précise, langue par langue, les énoncés, les faits de langue, le lexique et les contenus culturels qui permettent de construire les connaissances et compétences fixés par ces programmes, au cycle des apprentissages fondamentaux (cycle 2) et au cycle des appronfondissements (cycle 3).
Au cycle 2
- La partie 1 du programme ("Éducation de l’oreille aux réalités phonologiques et accentuelles") s’appuie plus particulièrement sur les précisions apportées dans le tableau Phonologie, syntaxe et morphosyntaxe,
- La partie 2 ("Développement de l’aptitude à l’écoute") sur les tableaux Fonctions langagières et Lexique,
- La partie 3 ("Acquisition d’énoncés utiles à l’expression en classe dans une langue particulière") sur le tableau Fonctions langagières
- la partie 4 ("Initiation aux réalités et à la culture du ou des pays ou régions où la langue est en usage") sur le tableau Contenus culturels.
Au cycle 3
- La partie 1 du programme ("Un apprentissage centré sur des activités de communication") s’appuie plus particulièrement sur les précisions apportées dans le tableau Fonctions langagières,
- La partie 2 ("Un entraînement régulier et méthodique") sur les tableaux Fonctions langagières, Phonologie, syntaxe et morphosyntaxe, et Lexique,
- La partie 3 ("Renforcement de la maîtrise du langage") sur le tableau Phonologie, syntaxe et morphosyntaxe,
- La partie 4 ("Découverte de faits culturels") sur le tableau Contenus culturels.
Pour en simplifier la lecture, ces tableaux présentent les matériaux linguistiques et culturels selon leur nature. Ces regroupements ne correspondent cependant en aucune façon à un ordre et une logique d’enseignement par le maître et d’acquisition par les élèves. L’introduction des contenus et leur réactivation doivent s’établir selon une progression sur chacun des cycles, construite par les équipes pédagogiques et articulant nécessairement, pour la langue concernée, des éléments de chacun des quatre tableaux ci-après et de leurs différentes rubriques. Ainsi, par exemple, l’introduction de faits de langue portant sur la prononciation ou des structures doit bien s’effectuer à l’occasion de l’utilisation d’énoncés correspondant à des fonctions langagières. De même, les différents énoncés dans la langue doivent être acquis lors d’activités de communication qui mobilisent simultanément des fonctions langagières regroupées sous les rubriques "parler de soi", "parler aux autres" et "parler des autres et de son environnement".
Par ailleurs, l’acquisition par les élèves des connaissances et des compétences du programme nécessite que les contenus introduits pendant le cycle 2 soient systématiquement consolidés et réactivés au cours du cycle 3, en tenant compte notamment du rythme différent de leur appropriation pour la compréhension et pour l’expression. La répartition de ces matériaux linguistiques entre les deux cycles correspond à une nécessaire hiérarchisation dans leur ordre d’introduction pour les activités conduites avec les élèves.

1 - Fonctions langagières

Les listes contenues dans ces tableaux permettent d’imaginer des situations dans lesquelles peut se développer l’apprentissage. On ne perdra pas de vue que ces fragments de langue ne prennent leurs sens que dans de véritables énoncés, qu’il s’agisse de dialogues, de monologues ou de récits.

2 - Phonologie, syntaxe et morphosyntaxe

Les points contenus dans ces listes doivent être acquis par les élèves à la fin du cycle 3 et sont abordés selon leur urgence pour les activités de communication. S’ils donnent lieu à d’éventuelles explications, celle-ci resteront strictement limitées aux besoins induits par les tâches de compréhension et d’expression exigées des élèves.

Ces contenus sont donc exclusivement introduits à l’occasion de l’utilisation d’énoncés prévus par le tableau Fonctions langagières. La mise en relation de ces deux tableaux, parfois suggérée, est indispensable.

3 - Lexique

Le lexique privilégie le monde de l’enfance, vécu ou imaginaire. L’acquisition de ce lexique s’effectue dans le cadre d’énoncés liés à des situations adaptées à l’âge et à l’intérêt des enfants, en réponse à des besoins de compréhension et de communication. Il définit les limites de l’étendue des connaissances exigibles des élèves à la fin de chaque cycle. Sa présentation thématique ne doit pas être comprise comme contraignante.

Les éléments en gras sont davantage destinés au cycle 3 mais peuvent être abordés, dans certaines situations, dès le cycle 2.

4 - Contenus culturels

Les éléments culturels énumérés dans ces tableaux constituent un ensemble permettant une sensibilisation à la civilisation du ou des pays où la langue apprise est en usage. Ils sont présentés dans le cadre d’activités qui prennent appui sur des documents authentiques ou des situations vécues par les élèves, notamment lors de contacts pris avec des écoles dans ces pays ou avec des locuteurs natifs de cette langue.

Les thèmes sont choisis selon l’âge des enfants, leurs centres d’intérêt, le moment de l’année et le contenu abordé dans les autres champs disciplinaires.
Les éléments en gras relèvent davantage du cycle 3 mais peuvent être abordés, dans certaines situations, dès le cycle 2.

Articles de cette rubrique

0 | 10


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Circonscription de Guyancourt (académie de Versailles)
Directeur de publication : Frédéric Puzin